CHRISTINE ANGOT : L’ATROPHIE DE LA COMPÉTENCE

On la croyait à bout de souffle. Après sa dérouillée aux élections présidentielles et aux législatives, l’idéologie de gauche semblait vivre ses dernières heures. À l’agonie, elle arrivait au bout d’un cycle. Mais alors même que tout la condamnait, la gauche a décidé de ne rien abandonner. Habituée à donner des leçons de morales sur « l’ouverture à l’autre », la voici en train de pratiquer « l’entre-soi » avec la plus grande habileté. Une opération de recyclage qui consiste à placer toutes ses billes dans une industrie devenue l’objet de tous ses espoirs : la télévision. En témoigne le cas « ONPC », émission emblématique du service public, qui s’apprête à accueillir Christine Angot à la rentrée prochaine.

angf_0

Depuis Zemmour et Naulleau, les chroniqueurs qui se sont succédés n’ont permis qu’une chose : mesurer le déclin régulier du talk-show au fil des saisons. « On N’est Pas Couché », qui se promettait de diffuser la connaissance et démocratiser la culture jadis réservée aux CSP+, a fini par abrutir les CSP+ eux-mêmes. Avec Audrey Pulvar, Aymeric Caron, Léa Salamé, et Vanessa Burggraf, chacun a pu assister à l’effondrement du niveau intellectuel de l’émission, et à la propagation de la stupidité qui en résulte. Il s’agit d’une mort lente, mais certaine. Christine Angot enfonce le clou. La dame présente une ignorance persistante. Avec elle, on est loin d’une initiation progressive des masses aux découvertes intellectuelles. Encore moins à une livraison d’une série d’observations qui éclairent brillamment les problèmes ! Angot incarne à elle seule l’atrophie de la connaissance.

Mais alors, pourquoi l’avoir choisie ? D’abord, précisons immédiatement qu’elle n’a pas été sélectionnée pour sa conscience politique (inexistante), sa réserve d’information historiques (nulle) ou sa connaissance des grandes œuvres littéraires (absente). Il s’agit d’un choix par défaut. Les premiers noms voulus par Ruquier (Michel Onfray, Raphaël Enthoven) ont décliné la proposition. Restait à choisir parmi les seconds couteaux, tout en faisant plaisir à Delphine Ernotte et ses potes. Après avoir raclé tous les fonds de tiroirs, Christine Angot est sortie du chapeau, sans enthousiasme. Delphine Ernotte était aux anges ! La petite élite médiatique se félicite toujours de nommer des chroniqueurs moulés à son goût pour incarner une nouvelle fureur de gauche. Sourde et aveugle aux préoccupations populaires et aux réclamations des téléspectateurs, elle place méthodiquement ses pions dans ses émissions, comme l’unique moyen de déguiser une continuité devenue intolérable au reste de la société. Qu’importe que ses choix accentuent un peu plus la rupture de contact avec les attentes du peuple. L’abîme qui s’est ouverte entre les classes privilégiées et le reste de la nation est irréparable. Mais l’élite médiatique entend bien éduquer la masse à sa convenance !

Ainsi, Christine Angot (socialiste), Rokhaya Diallo (militante antiraciste) et Raquel Garrido (France Insoumise), intègreront respectivement « On N’est Pas Couché », « Touche Pas À Mon Poste » et « Salut Les Terriens ! » pour exprimer les intérêts particuliers de la classe qui les a placée. Avec cette clique de zouaves, n’espérez pas bénéficier d’une diversité d’opinions critiques et stimulantes. Au contraire, vous aurez droit à une intensification des généralités cosmétiques sorties du récit égalitariste et hyper-libertaire. Le tout, égrainé comme un chapelet de lieux communs, quand bien même l’opinion publique éprouve une aversion en bloc.

Les « talk-show » sont devenus le point de ralliement où se précipitent tous les disqualifiés, tous les lessivés et toutes les ordures qui étaient sur le point d’être balayés. Christine Angot elle-même n’en revient pas : après son numéro à la fois pathétique, immature et hystérique dans « l’Emission Politique » sur France 2, l’humiliée à jamais se voit ressuscitée du monde des morts pour être sacralisée par Laurent Ruquier, qui lui accorde un tour de manège supplémentaire. Une faveur de la providence que nul ne comprend, et pourtant… Le choix « Angot » est évidemment contestable. Personne n’aura de mal à détecter la fraude intellectuelle et l’imposture de cette chroniqueuse-étron. Mais attention : nous connaissons par avance le sort réservé aux dissidents qui exprimeront leur contestation sur Twitter ou Facebook : qui que vous soyez, Ruquier, Ernotte et leurs chiens de garde vous rangeront immédiatement dans la case bien commode des « Réacs » et de « la Fachosphère ».

Rejetée violemment dans les urnes, la gauche s’est installée à la télé. Elle s’y cassera les dents. Vivement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s