ZEMMOUR ET NAULLEAU : L’ÉMISSION BLUFFANTE DE PARIS PREMIÈRE

zenpp2

Quand on s’intéresse aux mouvements qui bouleversent l’actualité politique, on se tourne inévitablement vers « Zemmour et Naulleau ». Diffusée tous les mercredis soirs sur Paris Première, l’émission conserve les faveurs et la confiance de son public. La compétence des chroniqueurs conférant la notoriété, le magazine résonne sur les réseaux sociaux et enchaîne les records d’audiences au fil des semaines. Loin des poncifs et des analyses aseptisées qui enfoncent des portes ouvertes, « Zemmour et Naulleau » se détache par son ton plus poussif et son degré de qualité. Devant l’ampleur de sa percée dans le monde de la télé, Le Téléspectateur s’est intéressé à cet OVNI audiovisuel. Enquête.

ZENPP 1

Chaque mercredi soir, une partie se joue et une émission tire son épingle du jeu : « Zemmour et Naulleau » progresse et rafle des parts d’audiences supplémentaires au fil des semaines. Une progression réelle qui s’inscrit dans un contexte ultra-concurrentiel, où la course aux contenus les plus forts conduit à un affrontement féroce entre groupes multimédias rivaux. Paris Première peut savourer. Chez « Zemmour et Naulleau », les invités sont choyés : choisies selon les événements qui rythment l’actualité, les figures intellectuelles et politiques sont accueillies sur un plateau concocté comme un écrin qui préserve tout leur crédit. Sur le plateau, la qualité des échanges auxquels on assiste est sans équivalent. Chaque numéro nous fait franchir la frontière qui sépare le bon grain et l’ivraie. L’émission nous abreuve de contenus qui nous donnent le sentiment d’être mieux informé ici qu’ailleurs. On consomme avec extase les analyses des polémistes et de leurs invités. Le rendu final illustre une qualité incomparable et inégalée du traitement des sujets politiques : un espoir pour l’avenir de la TV.

UNE MÉCANIQUE SIMPLE ET EFFICACE :

Point besoin de fioritures quand on a du talent. « Zemmour et Naulleau » s’organise simplement : Portée par un vrai projet rédactionnel mené par les équipes de Troisième Œil Productions, l’émission se débat dans des contradictions passionnées et respectueuses, loin, très loin des cacophonies propres aux autres émissions du genre. À la base du concept : deux intelligences pures et logiques qui rayonnent au centre de la mécanique céleste du magazine.

zemmour naulleau

Il y a d’abord Eric Zemmour, un être remarquablement cultivé, doté d’une étonnante énergie et d’une impressionnante mémoire historique. Le chroniqueur impressionne et déstabilise ses adversaires par sa vision inversée des choses, à contre-courant de l’époque. Vient ensuite Eric Naulleau, bourreau de travail qui, avec sa remarquable largeur de vues, injecte de l’intelligence dans chaque phrase. Ses chroniques « Apostrophe » comme « Interro » aboutissent invariablement au même résultat : Naulleau est un orfèvre des mots. Entre milles mérites, le duo à celui d’être honnête. Aucune tromperie sur la marchandise : les chroniqueurs disent exactement ce qu’ils pensent, le plus librement du monde, sans inhibition morale ni peur d’offenser quiconque. Une vraie bouffée d’oxygène dans un PAF tétanisé par un politiquement correct parasitaire. Au bout du compte, les deux intelligences se complètent et s’équilibrent sur une partition symétrique, harmonieuse, rythmée, un peu comme si les Dieux eux-mêmes l’avaient accordée. Sous forme de questions ou non, les interventions des deux Eric démontrent toute leur préparation aux débats : ils ont lu, travaillé, décrypté et étudié au peigne fin les ouvrages de leurs invités. Avec des temps de passages plus longs que la moyenne, les têtes d’affiches reçues peuvent déployer convenablement leurs arguments, sous la bienveillance de la sublime Anaïs Bouton.

ANAÏS BOUTON : CHEF D’ORCHESTRE DE L’ÉMISSION

anais bouton

Installée aux manettes de l’émission depuis plusieurs saisons, l’élégante animatrice pilote cette machine politique à bonne allure et la porte chaque semaine à vitesse de croisière. Professionnelle intransigeante et talentueuse, elle n’en demeure pas moins pleine d’humour dans ses réparties avec les deux Eric. Corde supplémentaire à son arc : l’animatrice est la seule à savoir mettre fin aux logorrhées d’Eric Zemmour (pour le plus grand bonheur de Mickaël Moreau, Rédacteur en Chef et Maître des horloges de l’émission qui panique dans l’oreillette).

alba .jpg

Alba Ventura, elle, a d’autres qualités : dans sa chronique intitulée « Les Carnets de Bord » la journaliste d’RTL mène l’enquête et révèle toutes les indiscrétions du pouvoir. Trouvables nulle part ailleurs, ses informations mises en lumière nous immiscent un peu plus dans la sphère politique et permettent aux invités de rebondir sur des sujets parfois inattendus. Seul bémol : la disparition de « La question qui tue » savamment mise-en-scène l’an dernier, et qui pouvait, parfois, déstabiliser l’invité.

sandrine sarroche

Un bémol rapidement éclipsé par la présence de l’excellente Sandrine Sarroche, qui, depuis deux saisons déjà, a su relever un pari loin d’être gagné d’avance : faire oublier Tanguy Pastrureau, parti sur une autre chaîne. Pari relevé haut la main : l’humoriste a rapidement pris ses marques et s’est installée royalement dans l’émission. Ses imitations très bien observées, ses jeux de mots souvent grinçants et ses chansons parodiques fonctionnent comme une parenthèse curative au beau milieu d’une semaine de labeur.

EN CONCLUSION…

En conclusion, cette émission vaut tous les renoncements. Connectée à son public via les réseaux sociaux, elle est une invitation à s’interroger sérieusement sur notre époque et réfléchir à l’avance sur les événements qui bouleversent l’actualité politique. Ébloui par tant d’audace en télé (dont on avait fini par croire qu’elle était l’apanage de Youtube), le Téléspectateur félicite Paris Première, qui rend la diffusion de cette émission possible : tout concourt à en faire l’émission politique la plus aboutie du PAF, loin, très loin devant la solennité fastidieuse et assommante de « l’Emission Politique ». N’est pas « Zemmour et Naulleau » qui veut…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s